Accueil » L'agence » Actualités » Les Hauts-Prés : la ressource en eau protégée avec l’agriculture biologique

Les Hauts-Prés : la ressource en eau protégée avec l’agriculture biologique

Article publié le mardi 10 janvier 2017

Pour protéger sa ressource en eau, la Communauté d’agglomération Seine-Eure favorise des activités d’agriculture biologique et de sensibilisation sur une zone de captage d’eau. Retour sur la visite des Hauts-Prés du 25 novembre 2016 organisée en partenariat avec l’agglomération, le soutien de la Région Normandie et de l’ADEME dans le cadre de l’Educ’tour des premières Rencontres normandes du développement durable.

montage-hauts-pres

Améliorer la protection de la ressource en eau destinée à la consommation humaine

Dans notre région, l’eau potable est prélevée dans la nappe de craie. L’eau souterraine est vulnérable, sa qualité dépend directement du mode d’occupation des sols et de la pollution induite par les activités humaines.
Ayant la compétence production et distribution de l’eau potable, la Communauté d’agglomération Seine-Eure (CASE) gère le champ captant des Hauts-Prés. Les 5 forages alimentent en eau 2/3 de la population de l’Agglomération soit 40 000 personnes. Pour protéger cette ressource, la collectivité a acheté 110 hectares entourant le captage et formant le périmètre de protection rapprocée (PPR), la zone la plus sensible en termes de risques de pollution. Ces terres sont classées en zone inondable.

 

Slides Hauts-PrésPrésentation de la démarche préventive, concertée et innovante des Hauts-Prés (27)

par Pierre-Julien Bavent, ingénieur en charge de la protection de la ressource, Communauté d’agglomération Seine-Eure

Mise en place d’une agriculture bio sur le périmètre de protection rapproché

Soucieuse de maintenir une activité agricole sur le secteur, la collectivité a choisi d’accompagner les exploitations agricoles concernées vers l’agriculture biologique. Ce mode de production aura une répercussion positive sur la nappe phréatique. Aujourd’hui, quatre céréaliers en conversion cultivent 80 hectares, quatre maraîchers et une association d’insertion, Ysos, produisent en agriculture biologique sur les 30 hectares restants. L’installation des maraîchers nécessite de disposer d’un bâtiment proche des parcelles pour entreposer le matériel et la production. L’Agglomération a eu l’opportunité d’acquérir, en 2012, une friche industrielle voisine du PPR, composée de 10 000 m² de bâtiments.

Un pôle de développement des filières bio

Ce bâtiment immense peut accueillir d’autres structures. L’Agglomération Seine-Eure y voit une opportunité pour mobiliser et installer d’autres acteurs de la filière bio régionale.
Aujourd’hui, plusieurs organismes du secteur sont présents sur le Pôle régional des Hauts-Prés, inauguré en septembre 2016 :

Le regroupement de tous ces acteurs permet la structuration d’une offre alimentaire bio en vente directe sur site ou en circuits courts.
Les maraîchers, regroupés en association, vendent leurs légumes directement sur le site deux jours par semaine, proposent des paniers et livrent la régie de restauration collective des 2 Airelles qui fournit des repas à la ville de Louviers.

En cinq ans, des résultats concrets sur le plan de la qualité de l’eau sont constatés.

La démarche des Hauts-Prés, unique en Normandie, est exemplaire et s’inscrit pleinement dans l’économie circulaire : de la protection de la ressource en eau jusqu’au développement d’une dynamique économique locale forte en matière de circuits courts.les-hauts-pres

 

Ils en parlent aussi