Accueil » L'agence » Actualités » Une nouvelle espèce invasive dans nos jardins : le plathelminthe de Nouvelle-Guinée

Une nouvelle espèce invasive dans nos jardins : le plathelminthe de Nouvelle-Guinée

Article publié le vendredi 14 mars 2014

Il fait partie des 100 espèces invasives les plus néfastes au monde et il vient d’être identifié dans des serres du jardin des plantes de Caen. C’est la première fois qu’on le trouve en Europe.

espece-invasive

Le plathelminthe de Nouvelle-Guinée est un animal appartenant à la catégorie des vers plats, dont un des représentants les plus connus est le ténia, ou ver solitaire. Gluant, long de 5 cm, il est reconnaissable à sa couleur noire et sa ligne blanche sur le dos. Platydemus manokwari – c’est son nom scientifique – est la septième espèce de plathelminthe terrestre invasive identifiée en France. Partout où il a été introduit, ce ver a fait des ravages sur la biodiversité.
Originaire des montagnes de Nouvelle-Guinée, notre plathelminthe résiste à des températures proches de zéro degré et peut donc s’adapter au climat européen. Il peut se révéler un redoutable prédateur pour nos escargots, et même certains vers de terre, qui jouent eux un rôle essentiel dans la fertilité des sols. Les chercheurs pensent qu’il est arrivé d’Océanie par container… dans des pots de fleurs.
Une équipe de chercheurs internationale, coordonnée par le Muséum national d’histoire naturelle, appelle les jardiniers amateurs à ouvrir l’œil.

Si vous découvrez le plathelminthe de Nouvelle-Guinée, il est important d’en informer Jean-Lou Justine, du Muséum national d’histoire naturelle, à Paris.
Courriel : justine@mnhn.fr – Tél. : 01 71 21 46 47.

Liens utiles :

Article de Jean-Lou Justine, Leigh Winsor, Delphine Gey, Pierre Gros, Jessica Thévenot : Le ver plat de Nouvelle-Guinée Platydemus manokwari en France, première mention en Europe : il faut agir maintenant

Site de Jean-Lou Justine

Enregistrer

Enregistrer

Champ(s) d'action

  • Biodiversité