Accueil » L'agence » Actualités » Diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre en France : prospective des modes de vie à l’horizon 2050

Diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre en France : prospective des modes de vie à l’horizon 2050

Article publié le jeudi 28 février 2013

Comment penser les modes de vie en 2050, en France, compte tenu de leurs impacts sur les émissions de CO2 ? Un collectif composé de sociologues, géographes et économistes de l’énergie vient de publier ses travaux de recherche. Ils nous proposent cinq visions.

5274727-7871472Une publication passionnante

C’est l’innovation sociale qui nous permettra d’atteindre l’objectif de diviser par 4 nos émissions de gaz à effet de serre (GES). Les évolutions technologiques n’y suffiront pas. C’est clair à la lecture de Modes de vie et empreinte carbone, thème du nouveau numéro des Cahiers du club d’ingénierie prospective énergie et environnement.
Voilà qui va contribuer utilement au débat sur la transition énergétique qui anime la France actuellement.

Pour réussir la transition énergétique, nous, citoyens, avons un rôle fondamental à jouer. Nous devons nous préparer à changer nos habitudes, définir nos vrais besoins et faire en sorte que notre appétit énergétique s’amenuise. Ainsi, il semble primordial à l’équipe de recherche d’engager très vite une « réflexion sur la capacité à rendre désirable un monde où la mobilité des personnes seraient fortement réduite et sur les conditions nécessaires à l’évolution des habitudes culturelles telles que le régime alimentaire ou les pratiques de consommation. » Ce sujet n’a pas encore été bien investi par les politiques publiques.

Le collectif s’est attaché à faire une description étonamment précise des cinq types de modes de vie identifiés. On se prend au jeu et on s’imagine en 2050 dans des mondes plus ou moins attrayants.

La société « Consumérisme vert »

Diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre en France : prospective des modes de vie à l’horizon 2050
La société « Consumérisme vert » s’inscrit dans la poursuite de l’actuelle société de consommation, avec comme correctif un verdissement des modes de production et de consommation. Nous sommes en 2050 : la température moyenne s’est accrue de 2°C en France. Les longues périodes de sécheresse ont accéléré la déprise des terres agricoles…

Scénario 1 (S1)*
S1M1 : Adultes avec enfants, en zone périurbaine, à revenu moyen
S1M2 : Personne seule, en zone urbaine, à revenu élevé
S1M3 : Famille monoparentale, en zone périurbaine, à revenu faible

1

La société « Individu augmenté »

Diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre en France : prospective des modes de vie à l’horizon 2050
Avec la société de l' »individu augmenté », nous sommes face à une dualisation sociale et environnementale. Le monde adapté à la crise écologique est maintenu sous coupole, où une nature artificielle est recréée pour les besoins des actifs intégrés. Ce monde coexiste avec un monde limitrophe dégradé par la crise climatique et écologique où évoluent les « moins performants »…

Scénario 2 (S2)*
S2M1 : Personne seule, urbaine à revenu moyen
S2M2 : Personne seule, à revenu élevé
S2M3 : Adultes avec enfants, urbains, revenus faibles

2

La société « Dualité et sobriété plurielle »

Diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre en France : prospective des modes de vie à l’horizon 2050
Dans le scénario « Dualité et sobriété plurielle », une partie importante de la population se détourne du système économique dominant et de la société de consommation pour se tourner vers une économie de la décroissance. Fragilisé par une économie en récession et un chômage de masse, l’Etat n’est plus en mesure de s’opposer à ce « système D ». La pluralité des modes de vie devient une condition de survie du système…

Scénario 3 (S3)*
S3M1 : Adultes avec enfants, en zone périurbaine, à revenu moyen – système conventionnel
S3M2 : Adultes avec enfants, urbains, à revenu faible – système alternatif
S3M3 : Adultes vivant à plusieurs, en milieu rural et à revenu faible – système alternatif

3

La société « Ecocitoyenneté »

Diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre en France : prospective des modes de vie à l’horizon 2050
Dans la société « Ecocitoyenneté », la prise de conscience collective de l’impact des modes de vie sur l’environnement a entraîné des changements dans les choix individuels et collectifs : sobriété, agriculture de proximité, décentralisation énergétique, mobilité solidaire… Le PIB est remplacé par le « PIE » (produit intérieur écologique). Le ministère de l’Intérieur s’appelle dorénavant le « ministère de la Citoyenneté »…

Scénario 4 (S4)*
S4M1 : Adultes vivant à plusieurs, en zone urbaine, à revenu moyen
S4M2 : Adultes avec enfants, en zone rurale, à revenu faible
S4M3 : Jeunes adultes vivant à plusieurs, en zone urbaine, à revenu faible

4

La société « Age de la connaissance »

Diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre en France : prospective des modes de vie à l’horizon 2050
Accès généralisé et démultiplié au savoir, la formation tout au long de la vie… Dans la société « Age de la connaissance », on combat les inégalités de savoir. La connaissance est devenu un besoin vital comme l’eau ou l’air. C’est la clé de l’intelligence collective.

Scénario 5 (S5)*
S5M1 : Adultes vivant à plusieurs, en zone urbaine, à revenu faible
S5M2 : Personne seule, en zone rurale, à revenu faible
S5M3 : Jeunes adultes vivant à plusieurs, en zone urbaine, à revenu faible

5

Sobriété, coopération, cohabitation : des leviers

Cinq ménages voient leurs émissions de GES atteindre un niveau proche de 2 teqCO2/an, cohérent avec un objectif de réduction par 4 des émissions de CO2 en 2050. Ils vivent dans une société « Age de la connaissance », « Ecocitoyenneté » ou « Dualité et sobriété plurielle ». Les modes de vie sont donc un levier important pour lutter contre le changement climatique. Voici quelques-unes des pistes d’action mises en évidence :

  • Réduction des surfaces disponibles par personne.
  • Maintien des consignes de températures raisonnables dans les logements même réhabilités, d’où l’importance de former les habitants sur l’utilisation des bâtiments réhabilités.
  • Mutualisation des usages.
  • Restauration de liens sociaux de proximité.
  • Réduction des distances quotidiennes parcourues.
  • Usage quotidien des modes actifs et des transports en commun.
  • Réduction des quantités de viande consommées.
  • Réduction forte du gaspillage alimentaire.

Mais aussi, et surtout : que ce monde de sobriété soit « désirable » !

Dans la postface, Pierre Radanne, expert des questions énergétiques et écologiques, identifie les sept étapes du passage de la sensibilisation à l’action. Selon lui, « réussir la lutte contre le changement climatique nécessite non seulement un effort éducatif en direction des enfants, mais aussi un gigantesque effort d’éducation permanente. Les collectivités locales auront ici un rôle décisif à jouer. »

6

* Note méthodologique

Pour chacune des cinq visions, une évaluation quantitative des émissions de GES a été réalisée pour différentes typologies de ménages caractérisés par leur situation familiale, leurs revenus et leur localisation géographique.
Les types de ménages choisis varient d’un scénario à l’autre et sont emblématiques du scénario étudié.

Les analyses ont été restituées sous deux formes :

  • L’une est à contenu carbone constant des différents vecteurs énergétiques consommés, et sans changement des mix énergétiques par rapport à la situation connue en 2010 : cf. « usages » sur le graphique.
  • L’autre a pris en compte ces changements pour tendre vers une société facteur 4 : cf. « usages + contenu CO2 » sur le graphique.

Alter ego : ménage 2010 de même catégorie (même classe de revenu, structure familiale et localisation) que le ménage en 2050.

Téléchargez « Modes de vie et empreinte carbone » – Les Cahiers du CLIP N°21/2013. Iddri, 2013. 128 p.

http://www.iddri.org/Publications/Modes-de-vie-et-empreinte-carbone

Liens utiles

http://www.transition-energetique.gouv.fr

 

Champ(s) d'action

  • Energie climat